PSYCHOTHÉRAPIE

La psychothérapie, un soin proposé par le psychothérapeute.

La psychothérapie est un travail psychique thérapeutique qui vise à prendre en charge la souffrance psychique, les troubles psychiatriques et/ou les troubles psychosomatiques.

J’ai créé un espace personnalisé, chaleureux et apaisant où je vous accorderai une écoute attentive et bienveillante.

L’OMS définit la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».
Ainsi, acquérir ou maintenir un état de bien-être demeure toujours l’objectif poursuivi.

La durĂ©e des sĂ©ances de consultation et de psychothĂ©rapie est systĂ©matiquement d’une heure, sans interruption tĂ©lĂ©phonique ni autre perturbation.
En effet, il faut que je puisse vous accompagner dans la résolution des problèmes et la traversée des difficultés que vous rencontrez.
Pour cela, il est pour moi essentiel d’avoir le temps nécessaire pour vous écouter et répondre à vos questions.
Aussi, il me parait indispensable que je puisse vous être entièrement disponible.

La psychothérapie, soigner les blessures psychiques.

Des rencontres qui m’ont bouleversée m’ont conduite vers ce chemin qui est d’accompagner les personnes dans leur souffrance, afin de les aider à cicatriser leurs blessures psychiques.

Nous savons qu’un choc peut gĂ©nĂ©rer une blessure corporelle.
De même, un événement douloureux, en fonction de sa gravité et de la sensibilité de la personne, risque de causer une blessure psychique.

Aussi, il faut savoir que ce qui est traumatique, ce n’est pas obligatoirement un événement douloureux survenu qu’une seule fois. Le plus souvent, il s’agit d’une répétition de chocs, possiblement passés inaperçus.

Enfin, nous savons qu’une blessure corporelle peut guĂ©rir toute seule avec le temps, mais pas toujours. Le bon sens nous fait dire qu’il est nĂ©cessaire de prendre en compte une blessure grave et qu’il est dangereux de l’ignorer.
Pourtant, ce bon sens semble disparaĂ®tre pour les blessures psychiques. En effet, le rĂ©flexe – valorisĂ© par la sociĂ©tĂ© – est de vouloir se dĂ©barrasser de la souffrance ou de la fuir en tentant de l’oublier. Alors que lorsque l’on accepte de l’Ă©prouver, on l’affronte et on la confronte.
Autrement dit, lorsque l’on éprouve la souffrance, on la combat. Et ce combat va permettre à la souffrance de s’apaiser, et ainsi nous libérer mentalement et physiquement car

« Guérir est comme croître : un travail que font le corps et la psyché. »  P.-C. Racamier (Le génie des origines, 1992).

 

Ce travail de psychothérapie est rendu possible par la verbalisation.

« N’est-il pas important de laisser aux gens le temps d’être tristes, et n’est-il pas important de les écouter sans les faire taire ? » P.-C. Racamier (ibid.)

Ainsi, on constate bien souvent une amélioration des symptômes, une fois que le patient a pu exprimer ce qui le fait souffrir.

Le patient, véritable acteur de sa prise en charge, est ainsi accompagné dans sa guérison par le thérapeute.