La guérison du patient.

Le patient, acteur de ses soins.

Le psychothérapeute accompagne le patient qui est acteur de sa prise en charge.

Le psychothĂ©rapeute ne guĂ©rit pas. C’est le patient qui guĂ©rit.

« Il est une expression fameuse et qui ne manque pas de beauté : « Je le pansai, Dieu le guérit. » Dieu : la nature. C’est elle qui a guéri. Nous autres nous serons assez bons si seulement, ayant pansé quelques blessures du moi, ayant levé quelques obstacles dressés par la psyché sur son propre chemin, nous la laissons faire et la laissons ainsi trouver sa voie.
Certes nous ne guérissons pas. Mais nous laissons guérir. » P.-C. Racamier (Le génie des origines, 1992). 

 

Accompagnement vers la guérison.
Accompagnement vers une guérison.
Photo by Nick Scheerbart.

 

Un symptĂ´me protecteur.

Mais si le symptĂ´me est destructeur, il faut savoir qu’il est aussi protecteur.

Ainsi, pour que le patient puisse guĂ©rir, il faut tout d’abord l’aider Ă  accepter d’abandonner ses dĂ©fenses, en renonçant Ă  la sauvegarde, voire aux quelques bĂ©nĂ©fices, que lui apportent son symptĂ´me.